Walter, retour en résistance. Créer c’est résister, résister c’est créer.

Walter, retour en résistance est un documentaire de Gilles Perret suivant Walter, ancien résistant déporté à Dachau, résistant toujours à sa manière. Ils tissent tous les deux un lien entre les progressions sociales rédigées et établies par le Conseil National de la Résistance, et notre époque qui n’a de cesse de réduire de plus en plus ces avancées et leurs fondements (réforme de la Sécurité Sociale, des retraites, indépendance de la presse…).

Nous proposons un complément, les diffusions de la bande annonce et de l’appel aux jeunes générations par d’anciens résistants, deux liens vers d’autres médias.

La Télélibre, télévision sur internet animée par John-Paul Lepers, a relayé l’information sur la sortie de ce documentaire le 4 novembre dernier. Elle offre un complément avec d’autres interviews (réalisateur, résistants, homme politique), et une présentation du film.

Là-Bas si j’y suis, émission de Daniel Mermet diffusée sur France Inter, proposait le 14 mars 2008, d’écouter le point de vue d’anciens résistants se regroupant sur le plateau des Glières lors de la visite de Nicolas Sarkozy rendant hommage à la Résistance.

 

Walter sauvegarde une mémoire, celle de la guerre, de la résistance, de l’horreur des camps, mais aussi celle des idéaux du Conseil National de la Résistance, socle sur lequel la France s’est reconstruite socialement après la Seconde Guerre Mondiale. Walter résiste contre l’oubli du système social pensé pendant la guerre, permettant plus de justice entre les hommes, et adopté à l’unanimité par les différentes forces politiques présentes à la Libération.
Ces mesures n’ont pas été rédigées à ce moment de l’Histoire par hasard. Ce n’est pas pour satisfaire les idéaux gauchistes ou communistes d’une poignée de clampins utopistes qu’il est devenu nécessaire de les appliquer. Ces mesures humanistes naissent d’un constat historique : le fascisme, le totalitarisme, la haine entre les peuples, l’individualisme, la concurrence entre les citoyens et les salariés, se nourrissent de la misère économique et sociale des individus. En dehors de leur discordance idéologique, les forces politiques d’alors s’entendaient pour empêcher, à l’avenir, un retour du fascisme et des politiques inhumaines en dotant la France d’un système permettant de réduire la misère, et de protéger la liberté de la pensée.
Le film met en garde notre présent, appelle à une nouvelle résistance, par l’intermédiaire de ceux qui ont pensé et construit un avenir en analysant leur propre Histoire. Lorsque l’on s’attaque à cette protection sociale et politique, on enlève une part d’humanité à nos sociétés, on augmente le risque d’un retour fasciste et de ses variations, ses dérivés.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s