Coup de gueule: La France abandonne Haïti

Voilà maintenant cinq jours qu’un terrible tremblement de terre a ravagé Haïti. Le bilan ne cesse de s’alourdir : on parle de plus de 100 000 morts, de centaines de milliers de blessés, de millions de sans-abris. Si la capitale a été en partie détruite, plusieurs grandes villes des enrivrons semblent également très touchées. Le gouvernement (dont la moitié des ministres a été tuée), la mission de l’ONU, toutes les institutions susceptibles de venir en aide à la population sont inopérantes. Les Haïtiens sont donc condamnés à attendre sans pouvoir rien faire : peu ou pas d’eau potable, des proches qui agonisent sous les gravats, une sécurité menacée par les milliers de prisonniers s’étant échappés après le séisme.

La solution ne peut venir que de l’étranger. La solidarité internationale joue à plein et les vivres, le matériel de premier secours, les équipes techniques arrivent sur place. Surtout, les Etats-Unis ont déployé un très important dispositif qui vise rien de moins que de rétablir un semblant d’administration et d’organisation sur l’île. Face à l’effondrement du gouvernement et sans la mise en place d’une organisation effective sur le terrain, l’aide restera bloquée à l’aéroport de Port-au-Prince. C’est en effet le problème central actuel : l’aide afflue mais n’atteint pas les Haïtiens, qui sont de plus en plus désespérés et frustrés.

Les Etats-Unis, qui ont une longue histoire commune avec leur petit voisin du Sud (ils ont occupé le pays de 1915 à 1936, ont soutenu puis obtenu le départ du dictateur Aristide), n’ont pas tardé à déployer un dispositif impressionnant : deux porte-avions avec de nombreux hélicoptères, un navire hopital de 1000 lits, 10000 soldats pour rétablir l’ordre et acheminer l’aide. Ils sont dans leur rôle, puisque l’ONU est à ce jour incapabe d’intervenir rapidement avec les moyens nécessaires.

Et la France dans tout ça ? Oh bien sûr, nous ne sommes plus qu’une puissance moyenne, et Haïti est à des milliers de kilomètres. On a pourtant vu une importante mobilisation de la population française pour collecter et envoyer des vêtements et du matériel. On voit les pompiers s’organiser, comme à Lyon, pour se rendre sur place.

Mais que fait le gouvernement ? Dans les premières heures, nous avons tous vu le départ des sauveteurs de Martinique et de Marseille : une initiative importante et des hommes et des femmes courageux. Mais il faut quand même savoir que sur ordre du gouvernement ces moyens ont été concentrés dans un premier temps sur l’aide aux Français (plus de 1200) présents en Haïti. On dit également que 150 rescapés ont été accueillis en France : en fait, ils sont pour la plupart français.  L’aide gouvernmentale française est donc dérisoire si l’on saisit l’ampleur de la catastrophe. On a aussi entendu que la France débloquerait quelques millions d’euros et voudrait annuler la dette d’Haïti (qui est déjà proche de zéro). Super. Mais que faire avec une liasse d’euros dans la main si par ailleurs l’eau, la nourriture, les médicaments ne sont pas disponibles sur place? En vérité, tout cela est très loin de ce que l’on pourrait faire et relève de la poudre aux yeux.

Nous ne sommes que citoyens, nous n’avons que notre compassion et nos dons pour aider. Mais nous avons un gouvernement qui lui a les moyens, et donc le devoir, de faire beaucoup plus ! Sceptique, après avoir consulté le site internet de la Maison Blanche, avec ses multiples vidéos d’Obama annonçant l’arrivée de l’aide américainen et ses liens vers les ONG à qui faire des dons, je me suis connecté au site de la Présidence de la République française. Vous savez, ce site rempli de vidéos à la gloire de Nicolas, où l’on peut regarder « PR TV ». Je pensais voir un communiqué spécial sur Haïti, un point complet sur les efforts français, une lettre aux Haïtiens de France, qui ont tous ou presque perdu un proche dans le tremblement de terre. Mais non, rien si ce n’est un petit communiqué caché entre deux liens.  Rien. Pas même un lien vers le site du Ministère des affaires étrangères, où l’on peut effectivement trouver quelques informations. Ce qui est significatif. Le drame en Haïti est une affaire étrangère, que l’on peut gérer avec un numéro d’urgence, 100 pompiers, et quelques millions d’euros.

Pourtant, il faut savoir qu’Haïti a une histoire commune, souvent dramatique, avec la France. Ancienne « Perle des Antilles », colonie la plus prospère, première République indépendante noire après une guerre contre la France qui a fait près de 200 000 morts, membre fondateur de la francophie : autant de raisons qui nous donnent une responsabilité particulière en tant que pays, quand survient une catastrophe d’une si grande ampleur.

Notre Président n’est  certes pas un amateur d’Histoire. Il n’y a peut-etre pas beaucoup de voix à gagner dans cette affaire (les restaurateurs ont le droit de vote, pas les Haïtiens). Le gouvernement est plus concentré sur sa dernière trouvaille à l’approche des européennes : créer une charte des droits et devoirs que chacun signerait à ses 18 ans.

On peut peut-être penser que la France ne peut acceuillir ni gérer toute la misère du monde, mais délaisser le peuple haïtien au moment où ils ont le plus besoin d’aide, c’est montrer au grand jour la petitesse de nos représentants.

Advertisements

6 réponses à “Coup de gueule: La France abandonne Haïti

  1. Hey, I read a lot of blogs on a daily basis and for the most part, people lack substance but, I just wanted to make a quick comment to say GREAT blog!…..I »ll be checking in on a regularly now….Keep up the good work! 🙂

  2. Je publie ce commentaire que j’ai posé sur agoravox.fr où l’article a suscité une violente réaction des lecteurs sur le manque de sources. Selon plusieurs d’entre eux la France a fait le maximum. Je ne pense pas; voici le commentaire:

    « D’abord sur le sujet. Je ne voulais pas rentrer sur le fond, sur l’histoire, mais sur une question simple : la France a-t-elle les moyens de faire plus ? Avait-elle les moyens de faire plus juste après le séisme ?

    De ce que je sais il y avait au moins 4 (et non 5, d’après ce site:http://www.defense.gouv.fr/ema/layout/set/wai/forces_interarmees/forces_de_souverainete/antilles/les_forces_armees_aux_antilles) navires militaire disponibles dans les Antilles. Un seul a été envoyé sur place (d’après le commentaire posté au dessus) ; peut-être une menace dont je n’ai pas connaissance empêchait de dérouter les autres…

    Autre exemple : en 1978 il a fallu trois jours pour préparer l’opération pour sauver les otages français à Kolwezi en envoyant 800 paras depuis la France…

    Bref, tout ça pour dire qu’il y a des raisons de penser que le gouvernement n’a ps fait tout son possible pour faire plus que le simple sauvetage de ses ressortissants.

    Quant aux problèmes posés par l’intervention américaine (impérialisme et compagnie) c’est un débat intéressant mais ce n’était pas le problème ici.

    Le problème c’est qu’il y a 250.000 personnes blessées dont beaucoup vont mourir faute de soins ; des centaines de milliers d’autres qui manquent terriblement d’eau et de nourriture.

    Donc ma question, encore une fois, c’est : le gouvernement a-t-il fait le maximum avec les moyens disponbiles ? Certains d’enter vous choisissent de faire confiance. Je suis pour ma part sceptique.

  3. Très bonne analyse. J’espère que les autorités françaises le liront. Cette situation demontre que LE LOGICIEL français est complètement obsolète…
    Cherchons un peu dans quels domaines la France reste encore leader…

  4. La dette d’Haïti proche de zéro ? Par quel miracle ? Et puis quitte à revenir sur les relations de la France avec Haïti, démarrons avec Charles X qui exige, navire de guerre à l’appui, une somme colossale en dédommagement pour ses colons, poursuivons avec l’internement de Toussaint au Fort de Joux où on le laisse mourir de froid, prenons ensuite le virage avec les macoutes formés à la gendarmerie de Melun et terminons avec Villepin à l’Onu déchouquant Aristide avec ses copains américains. A ce sujet Aristide dictateur, ça c’est encore à prouver. Il est vrai que le l’ancien curé avait le culot d’acheter son riz ailleurs qu’aux USA, prétendait donner l’eau gratuitement aux paysans et taxer les produits étrangers aux frontières. Insupportable. Alors on lui a collé quelques chimères sur le dos. En attendant les entreprises françaises font de très bonnes affaires dans les zones franches (zones de non-droit s’il en est) situées à la frontières avec Saint-Domingue. Haïti est par ailleurs le premier client de la France dans la Caraïbe pour les produits réexportés depuis la Guadeloupe et la Martinique. Le gratin Haïtien vit confortablement à l’étranger. Haïti est un pays trop riche pour que jamais on ne le laisse aux pauvres Haïtiens. Quand vous buvez un Cointreau, la liqueur la plus vendue au monde, pensez aux travailleurs saisonniers qui récoltent les oranges amères utilisées pour son élaboration. Il y aurait encore beaucoup à dire et ce n’est guère l’endroit. Mais quitte à pousser un coup de gueule j’en pousse un avec vous.

  5. Notre cher Nicolas cherche tout simplement de la récupération politique avec cette catastrophe! Personnellement je ne comprends pas pourquoi le gouvernement ne fait pas plus, alors qu’il en a les moyens!
    Puis franchement, vouloir venir en Haïti, pour faire quoi? Se montrer! Il sera le seul président à s’être déplacé! Quel honneur! Qu’il déploie plus de forces dans l’aide!

    J’espère simplement que les efforts de tout les Hommes réunis sur place pourront aboutir à quelque chose… Mais je le crains, le pire est à venir!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s