Quand coup d’Etat rime avec démocratisation

Le coup d’Etat au Niger a pour beaucoup sonné comme un air de déjà vu, une énième tentative vouée à l’échec. Pourtant, un peu moins de deux semaines après  le renversement du président Mamadou Tandja par la « junte militaire », les choses sont en voie de se normaliser, et les prévisions les plus alarmistes font place à un léger vent d’optimisme.

Si coup d’Etat et démocratie font rarement bon ménage, l’Histoire du continent africain est tout de même faite de quelques exemples de militaires arrivés au pouvoir par un coup d’Etat, qui l’ont remis après sans chercher à s’y accrocher. Ce fut notamment le cas au Ghana à fin des années 80, avec comme acteur principal Jerry Rawlings.

Après avoir donné de l’ espoir à toute l‘Afrique en lançant la décolonisation, le Ghana d’ Nkrumah tombe rapidement dans la mauvaise gouvernance, la corruption, et le népotisme, voyant trois coups d’Etats rythmer sa vie politique post indépendance.

Jerry Rawlings, indigné par la corruption, rejoint l‘armée en 1967, pensant y trouver une société moins corrompue. Ses espoirs de justice sont vite déchus : l‘armée n’est alors que le triste reflet d’une société où la fonction et le grade servent d’abord à se remplir les poches… Après que ces désillusions lui aient fait hésiter entre la police et le banditisme, il décide de passer à l’action en provoquant une mutinerie dans la nuit du 14 au 15 Mai 1979. S’il échoue, et est arrêté, ce militaire réussit à transformer son procès public en tribune politique. Sa rhétorique  aiguisée fait mouche, au point que la population réclame vite sa libération. Libéré le 4 Juin, il prend définitivement le pouvoir, annonçant tout de suite sa volonté de le rendre à un gouvernement civil. Il reste en place 112 jours, 112 jours d’une révolution qu’il veut morale et démocratique, et qui se caractérise par une tentative de purge assez violente de la société ghanéenne.

C’est dons le 24 septembre qu’il rend le pouvoir à la suite d’élections qui entraînent une explosion du nombre de partis politiques. Mais s’il se retire, Rawlings met en garde le nouveau pouvoir, indiquant qu’il  jouera le rôle d’un « observateur pour la défense des intérêts du peuple ». Rawlings est tout à fait conscient que son travail n’est pas terminé mais veut faire confiance au gouvernement : L‘armée avait lancé les bases de la révolution morale nécessaire au renouveau de la société ghanéenne, aux politiciens de la terminer.

Pourtant élu avec plus de 60% des voix au second tour, Hilla Limann se révèle vite ne pas avoir les épaules de la situation. Perdu, son gouvernement avec, il replonge, son pays avec, dans les affaires de corruptions et de détournements de fonds. Sachant Rawlings menaçant, Limann, désespéré, tente une première fois de l’écarter du jeu politique, puis de le faire supprimer. En vain. Conscient de l’échec du gouvernement, et des menaces qui pèsent sur lui, Rawlings prend alors les devants. La nuit du jeudi 31 décembre 1981, il réalise un nouveau coup d’Etat, et renverse le gouvernement du Président Limann en quelques heures, grâce à une tactique insurrectionnelle parfaite.

Son premier essai bien en tête, il resta cette fois-ci 20 ans au pouvoir après avoir instauré le multipartisme, remporté par deux fois de libres élections (1992 et 1996). Si son bilan est critiquable et fait, encore aujourd’hui, l’objet de débats (notamment sur le caractère violent de la purge), on ne peut lui enlever le mérite d’avoir fait du Ghana l’exemple démocratique qu’il est aujourd’hui pour beaucoup de pays africains.

Ici Rawlings s’explique:

Un coup d’Etat en Afrique peut donc être utile. Espérons que celui au Niger le soit…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s