Le Cabourg Project Edition Zéro

 Je l’avoue tout de go, je vais devoir laisser ici ma quête d’objectivité car je suis complètement partie prenante au sujet qui suit.

En octobre 2009, Camille Genton m’a demandé d’intégrer l’équipe du Cabourg Project. « Le quoi ? » lui ai-je demandé.  Il a dû m’expliquer le cheminement de ce projet, l’ambition et la détermination qui présidaient à sa réalisation. Avec Julien Champain, acolyte de longue date, après une fête arrosée sur les plages de Cabourg, la pensée s’était faite claire : il fallait créer un festival international dédié aux jeunes photographes dans cette ville. Bien sûr, il y a des explications pratiques et pragmatiques à ce choix -la photo est en effet très présente dans le Sud mais peu dans cette partie de la France- mais il s’agit avant tout d’une envie implacable, résultat d’un attachement à cette ville.

« Pourquoi pas? » me suis-je dit. Initier un projet, c’est enthousiasmant, c’est magnifique. Les idées fusent, les soirées où l’on se rencontre, où l’on débat, où l’on se contredit, où les verres trinquent et les rires fusent, font parties de ce moment d’euphorie.

 

Les connexions se mettent en place. Un dossier de présentation se met en forme. Il est le reflet de nos ambitions : il voit les choses en grand. Les lieux, le budget, les partenaires, les évènements qui auront lieu, il impressionne. On fait également suivre le dossier de candidatures à l’attention des photographes aux galeristes, aux amis, aux amis d’amis, aux institutions culturelles, aux écoles de photographie, françaises et internationales, car le festival se veut international et il est donc important que le dossier ne reste pas enfermé entre les frontières françaises.

On prend aussi contact avec ceux dont on admire le travail pour recueillir leurs réactions et leurs conseils. Certains nous soutiennent officiellement, d’autres officieusement, mais leur aide est aussi précieuse. C’est assez étonnant comme sensation de voir quelqu’un de reconnu et d’admiré à sa table, qui nous écoute toutes oreilles tendues, et qui, mieux encore, acquiesce, secoue la tête, approuve, désapprouve, pose des questions, pousse dans les retranchements, invite à plus de précision, mentionne des noms qui pourraient être utiles, des gens vers qui il faut se tourner. C’est vrai, nous sommes jeunes, trop jeunes ? Pire encore, nous sommes novices, nous n’avons pas suivi de formation académique en art contemporain ou en photographie, quoique ces domaines nous passionnent sur le plan individuel. Quand nous contactons les membres du jury, leur accueil et puis leur accord sont pour nous une marque de confiance qui nous plonge dans l’excitation. Se joignent alors à nous :

Marc Riboud, célèbre photographe de l’agence Magnum, dont le travail ne laisse personne indifférent et qui a marqué à jamais le genre du photo-reportage, Quentin Bajac, Conservateur du Département photographie au Centre Pompidou, Ilan Engel et Beaudouin Lebon, tous deux galeristes spécialistes en photographie, et Kappauf, fondateur et rédacteur en chef du Citizen K. Mais cette alliance nous met également face à un challenge de taille car il va falloir veiller à ne pas les décevoir. En effet, si aucun des dossiers ne retenait leur attention  et s’ils refusaient pas conséquent de s’associer au projet ? Certains n’en dorment pas la nuit.


La désillusion

Subrepticement, une phase plus laborieuse s’installe. Un mot revient sans cesse au point que nos oreilles y semblent maintenant immunisées. La crise. Oui vous comprenez, c’est la crise, c’est compliqué. Beaucoup de rencontres ont lieu, certains sont convaincus du bien fondé du projet et de sa qualité mais pourtant la matérialisation concrète de ce soutien ne vient pas. Que faut-il en penser ? Certes, nous arrivons tard dans le calendrier et dans les prévisions de dépenses, nous avions conscience de ce délai qui ne joue pas en notre avantage et pourtant nous avons choisi d’y croire. Au-delà du financement qui prend des allures de dédale, les soutiens des professionnels ne sont pas toujours inconditionnels. On commence à douter. Après tout, qui sommes nous pour mettre en place un évènement dédié à la photo quand tant d’autres existent, réunissent des invités de prestige et font la preuve de leur légitimité ? De notre côté, les troupes ne sont pas toujours soudées, nos obligations extérieures nous mobilisent aussi, et le doute et l’hésitation se transforment quelque peu en une démobilisation.

 

 

La prise de Cabourg aura bien lieu !

Et puis, nous commençons à recevoir les dossiers des photographes. Certains viennent même les déposer en personne. Ils arrivent à nous. Ils sont les premiers à croire au projet. A l’ouverture des dossiers, l’excitation reprend le dessus car ils sont de qualité. Tous très différents, ils ont leurs spécificités, leur caractère. Certains se démarquent, c’est sûr, mais après tout le jury est là pour en décider. Nous avons maintenant hâte de voir les choses se préciser. Tant pis pour le professionnalisme, tant pis pour le manque de moyens, tant pis pour tout le sérieux que nous voulions revêtir pour pallier aux manques liés à notre jeune âge. Nous allons présenter les travaux des photographes qui seront retenus. Ce sera dans une atmosphère décontractée, de célébration, mais aussi de débats et de questionnements. De jeunes photographes, d’horizons très variés, soutenus par des jeunes, qui veulent s’adresser à tous, et pas seulement aux spécialistes consacrés du milieu, cela ne va pas sans susciter certaines interrogations. Notre regard intéressé mais non expert nous permettra d’aborder des débats de façon faussement naïve, en essayant de mettre en perspective les difficultés et questions qui traversent la photographie aujourd’hui. Celle-ci est aujourd’hui devenue un art populaire par excellence, dans la mesure où tout le monde peut s’emparer d’un appareil, sans cesse amélioré par les évolutions de la technologie. Si la photographie s’est imposée en tant qu’art, cela ne s’est pas fait sans heurt, et si son statut n’est plus disputé, certaines mouvances semblent s’être plus largement émancipées, à commencer par le photoreportage.

Le Cabourg Project se veut donc un espace de discussion, un espace de rencontres et d’échanges, pour ceux qui font professionnellement partie de ce cadre mais aussi pour les autres, les Cabourgeais bien sûr, et tous ceux qui auront choisi de nous rejoindre pour ce dernier weekend de l’été.

 

Les lauréats du Cabourg Project Edition Zéro !

Grâce aux soutiens de PICTO, laboratoire de photo, et de Schweppes, qui soutient également l’événement, le Cabourg Project Edition Zéro présentera cinq photographies issues des sélections proposées par les artistes.

Car la sélection vient d’avoir lieu !

Chaque membre du jury a examiné l’ensemble des dossiers et retenu un photographe. Cette forme de « parrainage » a tout son sens dans la mesure où la notion de transmission et de passerelles à établir entre les générations étaient parmi les maîtres mots du projet. Voici donc les noms des photographes choisis :

Kourtney Roy, sélectionnée par Quentin Bajac

Marciella Barcelo, sélectionnée par Kappauf

Damien Carron, sélectionné par Ilan Engel

Lola Reboud, sélectionnée par Beaudoin Lebon

Joe Lai, sélectionné par Marc Riboud

Ekaterina Vassilieva, sélectionnée par Bertrand Brême

Margaux Bezault, sélectionnée par l’agence Champ de bulles

On se réjouit de la dimension internationale de cette sélection et aussi de la forte présence (réjouissance fort égoïste je l’accorde) de la gent féminine.

 

Première rencontre prévue le 1er juillet à Paris

Pour découvrir le Cabourg Project, son équipe, ses partenaires et ses photographes, une projection en avant-première du film teaser aura lieu aux Cinoches, bar du 6ème arrondissement, à partir de 19h. Ce sera l’occasion pour chacun de s’approprier ce projet sur la jeune photographie, vu justement par des jeunes, et de rencontrer les nouvelles personnalités de demain dans un cadre convivial et festif.

 

Rendez-vous le 1er Juillet : http://www.facebook.com/event.php?eid=136237136389742

Retrouvez le Cabourg Project à l’adresse : www.cabourgproject.com

Et n’oubliez pas de réserver votre dernier week-end estival !

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s