True Grit : le faux raccord fait référence

Aujourd’hui nous allons jouer aux geeks d’Allociné, et révéler un monstrueux faux raccord dans le True Grit des frères Coen. Mais nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin, et tenterons de lui donner un tout petit peu de sens…

Vous avez vu True Grit, et vous avez été perturbé par ce faux raccord défiant l’oeil et la vraisemblance, dont Halee Steinfeld dans le rôle de Mattie Ross est la victime, bienvenue !

Le faux raccord des frères Coen…

Mattie Ross traverse une rivière avec Blackie, son cheval, pour rejoindre ses deux camarades qui ont tenté de l’abandonner en la faisant passer pour fugitive. Elle sort de l’eau et s’approche d’eux, mais le plan d’après, elle est toute sèche. Plus aucune trace de cette traversée des eaux, ni sur ses vêtements, ni aux cheveux, nulle part, alors qu’elle en est sortie il y a moins de 5 minutes dans la temporalité du film.
Au premier abord on se dit que le ou la scripte a dû se faire virer juste après et qu’il ne trouvera plus de travail de sa vie. On se dit aussi que personne n’est à l’abri de ces erreurs, malgré toutes les précautions prises sur un tournage pour les éviter. On considère traditionnellement cela comme des erreurs, car le cinéma est l’art qui colle et mise le plus, dans son ensemble, à la reconstitution ou reproduction du réel. Si on constate un tel phénomène dans un David Lynch, on pense tout de suite que c’est une métaphore de la scène finale qu’on n’a pas encore vue, reprenant la mise en abîme initiale de l’erreur universelle commise rétrospectivement par le héros à la fin du début du film… et on l’accepte.

Mais dans le cadre de True Grit, cela saute aux yeux et détourne quelques instants notre adhésion à l’histoire.

… devient une référence à Hathaway

Finalement, on rentre quand même chez soi heureux, et comme on a encore envie de voir des chevaux, des colts, des rivières, des coups de fusils et des pendus, on se matte 100 dollars pour un shérif, de Henry Hathaway avec John Wayne, produit en 1969, et dont le titre original n’est autre que True Grit. C’est bien car à ce moment-là, on sait qu’on ne va pas trop réfléchir, on connaît déjà la fin de l’histoire et la plupart des répliques ! En même temps c’est assez ludique, on cherche les correspondances et les différences entre les deux films, on joue au jeu des 7 erreurs pendant 2h.

Et justement, au moment où Mattie Ross sort de la rivière, on constate qu’elle sèche déjà en moins de 5 minutes dans le True Grit de 1969…
Là… c’est le drame. Les frères Coen auraient-ils utilisé ce faux raccord comme une référence au premier True Grit ? Ils auraient donc choisi délibérément de commettre cette erreur, une erreur qui, du coup, n’en est plus une… Comment peut-on vouloir commettre une faute, et le montrer ?

La valeur de plan utilisée pour la même scène dans le True Grit d’Hathaway est un plan de demi-ensemble, voire d’ensemble, Mattie Ross est de pied et assez éloignée, et on ne distingue donc pas vraiment que ses vêtements sont secs. Le faux raccord est comme caché, en tout cas noyé dans le paysage. Mais les frères Coen ont choisi d’utiliser un plan poitrine ou taille, on voit donc très bien les vêtements de la jeune fille qui est seule sur l’écran et proche du spectateur. Le faux raccord est largement visible, on pourrait même dire qu’il est montré, révélé en toute conscience par le choix de cette échelle de plan. Ce qui paraît être une erreur, semble, rétrospectivement, volontaire et assumé. 

Tentative d’interprétation

Cet événement anecdotique serait donc une citation du True Grit de 1969.

Cependant, on m’a dit que les frères Coen ne revendiquaient pas spécialement leur filiation au film d’Hathaway, mais beaucoup plus au roman initial. Je n’ai pas vérifié ces propos mais l’effroi m’englobe tout à coup : le faux raccord serait-il aussi présent dans le roman ?! Y précise-t-on déjà que les vêtements de Mattie Ross sont secs, quelques pages après qu’elle soit sortie de l’eau ?!
Plus sérieusement, si on accepte l’hypothèse que les frères Coen ont utilisé ce faux raccord en référence au premier True Grit, alors qu’en même temps ils nient son influence, qu’est-ce que cela peut vouloir dire ?

Assurément, il y a un trait d’humour, une dérision des frères Coen sur eux-mêmes, à assumer aussi ostensiblement un faux raccord. On peut aussi voir une ironie grinçante exercée envers le premier True Grit. Lorsque l’on fait référence à une oeuvre passée, on cite généralement des passages qui lui font honneur: la scène de l’escalier d’Odessa du Cuirassée Potemkine d’Eiseinstein citée dans Les incorruptibles de De Palma, par exemple. Retenir le faux raccord pour évoquer l’ancien film, peut être la manifestation de la désaffiliation, comme si les réalisateurs disaient : voyez ce qu’on a retenu du True Grit de 1969, un problème de vraisemblance. Ce serait une utilisation railleuse de la référence.

Plus positivement, et cela ne s’oppose pas forcément aux premières pistes d’interprétation, on peut y voir un hommage au « cinéma de papa », où la licence poétique permettait encore de se détacher de la logique réaliste accrue, de transgresser quelques règles sans que la vraisemblance soit atteinte, et finalement sans que des petits cons s’amusent à le relever. Ce faux raccord est en même temps un clin d’oeil envers ce moment du cinéma où on acceptait plus facilement, comme au théâtre, que l’art ne soit pas aussi proche des contingences du réel. La vraisemblance connaissait des souplesses que nous admettons peut-être moins, tant les films, aussi fictionnels et futuristes soient-ils, proposent des images exacerbées de la réalité.

Advertisements

10 réponses à “True Grit : le faux raccord fait référence

  1. Avec un peu de retard… je sais… (le film passe ce soir à la télé):

    Jusqu’au moment de la traversée de la rivière, je jubilais… un bien beau film… et patatras… et comme je n’ai pas vu le 1r « True grit », donc inculte…je suis tombé de haut… mais s’il n’y avait eu que cela… après c’est.. 1 – le baquet d’eau (pliable trigano?) qui sort de nulle part… 2 – la corde du pendu qui rappelle du bas… donc inutile de grimper sur l’arbre pour la couper… et 3 – le fusil à lunette à un coup qui en tire deux sans recharger… trop c’est trop.

  2. Pingback: [critique] True Grit (des frères Coen, 2011) | The Froggie·

  3. Pingback: [critique] True Grit (des frères Coen, 2011) | (1)jour(1)film·

  4. après vérification,
    pas de similitude sur ce point entre les deux films,.
    les Coen ayant opté pour un autre déroulement de la scène d’affrontement entre Cogburn et Ned Pepper.
    Cependant, le Cogburn de Hathaway porte son bandeau sur l’oeil gauche, tandis que celui des Coen le porte à droite !
    Ceci expliquerai cela !
    non ?!

    • Bonjour,
      Parlons-nous bien de la séquence où Mattie Ross rejoint les deux gars qui ont pris le bac pour traverser la rivière ? Si oui, dans quel film Mattie Ross reste-t-elle trempée après être sortie de l’eau ?

      Ceci expliquerait quoi ? Je ne comprends pas ce que vous voulez dire.

      • non, je parle de la séquence de la charge héroique de Ned Pepper par Cogburn, et du faux raccord winchester/pistolet/bandeau qui n’est pas repris par les Coen.
        L’inversion de négatif dans le film d’Hataway donne lieu à cette impression que la winchester et le pistolet ont changés de main, tandis que le bandeau est passé de l’œil gauche à celui de droite !
        Les frères Coen ne reprennent pas ce faux raccord, mais il inversent tout de même la position du bandeau sur leur personnage pendant tout le film !
        Dès lors, on peut imaginer ce qu’on veut, peut-être que c’est une manière de se réapproprier le personnage, peut-être est-ce aussi une façon de faire un « clin d’oeil » à ce faux raccord là, ou bien le Cogburn des Coen n’est-il qu’une image inversée de celui d’Hataway ?!!
        Capitch ??

  5. Sur la page wikipedia de True Grit 1968, il est fait état d’un autre faux raccord dans la première version de ce film.
    « lorsque Cogburn charge héroïquement la bande de « Lucky » Ned Pepper, il tire en tenant son pistolet dans la main gauche et sa winchester dans la main droite ; son bandeau est sur son œil gauche comme il l’a toujours été dans le film. À un moment donné, il fait demi-tour et là tout s’inverse : le pistolet est passé dans sa main droite, la winchester dans sa main gauche et son bandeau est posé sur son œil droit. »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cent_dollars_pour_un_sh%C3%A9rif
    Çà ressemble à ne pas s’y méprendre à une inversion de la pellicule au montage ce genre de truc ! Peut-être volontaire et pour corriger une erreur de tournage, qui ne respecterai pas les axes de direction des personnages à travers le champs ?
    savez vous si on retrouve aussi ce faux raccord dans le film des Coen.
    À la différence d’un faux raccord de mise en scène (vêtements secs au lieu d’être humides) celui-ci s’apparente à un faux raccord de montage,, beaucoup plus « noble » cinématographiquement parlant ! Les frères Coen privilégient t-ils davantage la mise en scène au montage ?!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s